Série : Black Butler
Auteurs : Yana Toboso
Genre : Shonen Aventure
Éditeur : Kana
Tomes : Série en cours, 14 tomes disponibles en version française à ce jour.

Un vrai « diable » de majordome

Ce récit se déroule en Angleterre vers la fin du XIXe siècle sous le règne de la Reine Victoria. Suite à la mort mystérieuse de ses parents dans un incendie, le jeune Comte Ciel Phantomhive est l’héritier des entreprises Phantom qui produisent des jouets et des friandises. Habitant au manoir Phantomhive tout près de Londres, il compte sous ses ordres son majordome Sebastian ainsi que quatre autres domestiques plutôt maladroits. Mais, curieusement, Sebastian rattrape systématiquement toutes leurs erreurs et tout cela en faisant bien plus qu’en est capable un majordome ordinaire. Il semble être habité par un pouvoir étranger et extraordinaire. Peu importe ce que Ciel lui ordonne, Sebastian accepte toujours sans broncher même les plus sales besognes, quitte à tout massacré sur son passage. Cet homme est-il humain? Le jeune garçon aurait-il signé un pacte avec un démon?

De plus, Ciel Phantomhive n’est pas un Comte ordinaire. Il est surnommé le « chien de garde de la Reine » et est donc, en quelque sorte, son détective privé. Il enquête avec l’aide de Sebastian sur des mystères la plupart du temps sombres, macabres, lugubres et sanglants.

Tout d’abord, le personnage de Ciel Phantomhive surprend par son attitude un peu trop adulte, sérieuse et froide pour son âge. Il essaie de se montrer fort et il n’a pas peur de se trouver sur le terrain en possession d’une arme à feu. Mais, au fond, il demeure un enfant effrayé. Nous constatons dès le départ que ce jeune garçon a subi un énorme traumatisme qui ne lui laisse aucune possibilité de retour en arrière. Sebastian, le majordome, adopte en tout temps une attitude digne remplie d’assurance et de contrôle de la situation. Dans des situations qui nous semblent au premier abord désespérées, il réussit TOUJOURS à ramener les choses à l’ordre. Il a même l’air trop parfait pour être humain. Vers la fin du premier tome, nous constatons qu’il est vraiment un « diable » de majordome, autant au sens propre qu’au figuré. C’est un personnage qui a vraiment trop la classe!

L’intrigue, une fois la mise en situation passée, repose principalement sur l’enquête menant à la résolution de mystères qui mettent totalement Scotland Yard au dépourvu. La plupart du temps, leur source provient de l’irréel. Nos héros vont même rencontrer un jour des Shinigami (des Faucheurs d’âmes, la Mort). L’ambiance de cette série élégante s’entremêle avec les ténèbres plus sombres que le plus profond des gouffres. À croire que même le plus parfait des mondes cache en son cœur une pomme pourrie.

Bien que les ténèbres entourent la série « Black Butler », il y a souvent des chapitres entiers dédiés à l’humour et aux situations cocasses qui viennent soigneusement alléger le tout. Finnian le jardinier, May Linn la femme de chambre et Bardroy le cuisinier sont sans aucun doute les pires gaffeurs de tous les temps en ce qui concerne la tenue d’un manoir. Ils cassent, détruisent ou brûlent tout ce qu’ils touchent. Et ce pour notre plus grand plaisir de les voir ensuite en larmes aller se plaindre à Sebastian qui arrive toujours à rétablir l’ordre. Aussi, l’intendant Tanaka a l’air de ne jamais rien faire à part boire du thé et ricaner des « Ho! Ho! Ho! » une fois de temps en temps. Mais, en réalité ces quatre-là nous réservent bien des surprises.

Pour ce qui est des dessins, Yana Toboso a su nous offrir un manga aux allures classiques avec une touche de modernité. Ses esquissent de la Reine Victoria la montre indépendante et contemporaine. Nous la voyons même une fois portant des lunettes fumées de notre époque. Qui plus est, les Shinigami arborent des faux actuelles telles une tronçonneuse et une tondeuse à gazon.

Je suis certaine que cela demande énormément de temps, de patience et de minutie pour obtenir une telle finesse des détails des vêtements hyper raffinés. Et des belles tenues, il y en a beaucoup! Pour finir, les images représentant de la nourriture sont tellement bien faites qu’elles me donnent l’eau à la bouche.

Je lève mon chapeau à toute l’équipe qui est derrière le résultat de ce qu’est la série « Black Butler ».

Par Claudia Gagnon

One thought

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s