Une fois n’est pas coutume, pour cette nouvelle chronique, je ne vais pas vous parler d’un manga en particulier, mais d’un mangaka : Kaneko Atsushi.

Kaneko Atsushi est un auteur qui a publié ses séries dans le magazine de prépublication Comic Beam d’Enterbrain.

Magazine considéré au japon comme orienté art et culture underground, dans celui-ci on retrouve également  Mori Kaoru auteure de Bride Stories et Emma, Koike Keiichi auteur d’Ultra Heaven, et Hideki Arai auteur de Ki-Itchi et sa nouvelle série Scatter. Si tout cela ne vous dit rien, c’est parce que ce sont des œuvres qui pour la plupart sont passées assez inaperçues lors de leurs sorties, à part peut-être Bride Stories gagnant du prix intergénérationnel à Angoulême cette année.

Mais recentrons-nous sur Kaneko Atsushi en particulier, il a actuellement 2 séries disponibles en boutique, Bambi et Soil.

Bambi est un road movie sous amphétamine, cette série en 7 tomes (6 tomes + le tome 00), nous raconte les pérégrinations sanguinolentes de Bambi, jeune adolescente aux aires de chérubin, plus apte à se frayer un chemin à coup de balles Dum-Dum que de débattre et négocier.

Ne connaissant rien de son passé au début de la série, nous apprenons que celle-ci doit ramener Pampi à ces étranges et mystérieux commanditaires. La voilà donc, obligée de traverser la moitié du pays pour ramener à bon port son  »colis » spécial , et de se frotter à tous les tueurs à gages appâtés par la forte prime proposée pour le cadavre de la jeune fille: que ce soit un Luchador ou un professeur de primaire psychopathe.

Bambi trace donc sa route en empilant les cadavres sur un rythme effréné, la mise en scène de Kaneko est tout simplement grandiose, le découpage des planches est dynamique, et chaque gunfight contient son lot de chargeurs vidés avec un plaisir jubilatoire.

Le scénario, même s’il tient sur l’arrière d’un timbre poste, est suffisamment cohérent pour nous amuser le temps que dure cette histoire, mention spéciale pour le volume 0, que je conseille de lire après les six premiers, simplement parce qu’il dévoile le passé de certains protagonistes de l’histoire.

Bambi est un bon défouloir amoral orienté action et hémoglobine.

Dans sa deuxième série Soil, Kaneko Atsushi délaisse le côté foutraque de Bambi, pour une intrigue beaucoup plus psychologique, avis aux amateurs de David Lynch et Donnie Darko: vous avez peut-être trouvé votre référence manga.

Soil est une ville-nouvelle construite pour désengorger les grands centres urbains que sont Kyoto et Tokyo, ville préfabriquée et aseptisée, où tout le monde semble y couler des jours paisibles.

Cependant un soir lors d’une coupure générale d’électricité, la Famille Suzushiro disparait mystérieusement sans laissé de trace, en fait si,  dans leur pavillon on retrouve d’étranges tas de sel. Pour enquêter sur les phénomènes hors du commun qui touchent la bourgade, les détectives Yokoi et Onoda sont dépêchés sur place afin de percer ce brumeux mystère.

Suite à ces évènements, la ville et ses habitants se retrouvent emportés dans une spirale de délires paranoïaques, on se rend vite compte alors que la ville modèle cache de terribles secrets.

Soil, est un excellent manga psychologique, on peut citer comme influence le Spirale de Junji Ito, où l’on retrouve certains des éléments graphiques de ce chef d’œuvre de l’horreur, ainsi que Donnie Darko pour certains éléments paranormaux ayant occurrence dans ce récit exploitant à merveille le dédale tortueux de la psyché humaine.

Pour finir, le style graphique de Kaneko Atsushi est très proche de ce que l’on peut trouver dans le Comics Américain indépendant,  Charles Burns, Paul Pope et Jamie Hewlett. Un style qui peut en dérouter plus d’un, mais qui justement apporte encore plus d’intérêt à la lecture.

« Si vous êtes prêt à tenter des expériences différentes et que vous n’êtes pas rebuté par une direction artistique qui sort des sentiers allègrement rebattus dans le style manga, jetez-vous sans attendre sur les travaux de Kaneko Atsushi, vous ne le regretterez pas! Pour ma part, j’attends fébrilement sa nouvelle série Wet Moon dont le premier numéro vient de sortir au Japon »

Nicolas Kiffer

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s