Avant la fin de l'année 2012, Flammarion et Gallimard formeront le troisième groupe d'édition français.

 

 

Par Alain Beuve-Méry
LE MONDE | 30.05.2012

Avant la fin de l’année, les éditions Gallimard et Flammarion vont former le troisième groupe d’édition français, derrière Hachette Livre et Editis, propriété du groupe espagnol Planeta.

La finalisation de la cession de Flammarion à Gallimard devrait encore prendre quelques mois, mais à l’issue de son conseil d’administration, qui s’est tenu, vendredi 25 mai, à Milan, le groupe italien de média et d’édition RCS a indiqué « avoir examiné et évalué les propositions d’achat recueillies par la banque-conseil [Mediobanca] relative à la cession du groupe d’édition français Flammarion et a décidé de poursuivre le processus de négociation du contrat de vente avec la société d’édition française Gallimard ».

SUR LE PIED DE GUERRE

Après l’annonce par Francis Esménard, PDG d’Albin Michel, de son retrait, Antoine Gallimard, PDG des éditions du même nom, se retrouvait en effet le seul candidat en lice pour reprendre le groupe Flammarion, acquis par les Italiens de Rizzoli en 2000.

Depuis la mise en vente du groupe, en janvier, M. Gallimard a été le premier candidat à se mettre sur les rangs. Cette semaine, la direction financière du groupe Gallimard était sur le pied de guerre.

Pour acquérir Flammarion, qui pèse 220 millions d’euros de chiffres d’affaires hors distribution, M. Gallimard s’est adjoint les services de BNP Paribas, sa banque traditionnelle. Il a aussi passé un accord avec le Fonds stratégique d’investissement (FSI) qui aide les entreprises françaises dans la réalisation de leurs choix stratégiques, dès lors qu’il s’agit de créer des champions nationaux.

En finançant la reprise de Flammarion par Gallimard, à travers une entrée dans le capital de cette dernière entreprise, le FSI fait d’une pierre deux coups. D’une part, il permet le retour du groupe Flammarion dans un giron français. D’autre part, il participe à la création d’un nouveau leader.

Reste aux Italiens de RCS et à M. Gallimard à s’accorder sur un prix de cession du groupe Flammarion. La question, qui promettait d’être ardue, s’est dénouée, les deux parties ayant fait preuve de réalisme. Dans un premier temps, les Italiens ont fait monter les enchères faisant miroiter « la pépite éditoriale » que représente Flammarion qui comprend aussi Casterman et « J’ai lu ». Mais de 300 millions d’euros escomptés, ils ont révisé leurs prétentions à la baisse autour de 250 millions d’euros.

Pour voir l’article intégral, visitez le site lemonde.fr .

Par Alain Beuve-Méry
LE MONDE | 30.05.2012

 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s