Mansions of Madness« Vous avez investi les coins sombres de la Terre pour livrer bataille aux anciennes puissances du mal dans L’appel de Cthulhu: le jeu de carte. Vous les avez de nouveau affrontées, cette fois sur les rues familières de votre petite ville natale du Massachusetts dans L’horreur à Arkham. Vous avez ensuite évincé leurs reliques occultes des couloirs du prestigieux musée miskatonic dans Le signe des Anciens. Et maintenant, le temps est venu d’amener le combat aux portes de l’ennemi! De traquer leurs serviteurs perfides au cœur même de leurs domaines obscurs, leurs temples impies leurs…Demeures de L’Épouvante. »

Les Demeures de l’Épouvante (Mansions of Madness) est un jeu de table publié par la compagnie Fantasy Flight Games. Conçu pour 2 a 5 joueurs agés de 13 ans et plus, l’action se déroule dans l’univers dément des écrits de H.P. Lovecraft. La formule utilisée pour le jeu s’apparente à celle employée par Descent: voyage dans les ténèbres. C’est à dire qu’un joueur prend le rôle du Gardien (keeper), qui cherche à mener à terme un projet néfaste déterminé par le scénario employé et les autres joueurs se partagent le rôle d’intrépides investigateurs faisant équipe dans le but de faire échouer le complot. Pour la toute première partie, il est nécessaire que le joueur Gardien se familiarise intimement avec le manuel de règles. C’est même un atout considérable si ce dernier a eu de l’expérience comme maître dans des sessions de jeux de rôle auparavent car la façon de procéder est très similaire. Il est aussi fortement recommandé de commencer par le tout premier scénario car c’est de loin le plus simple et celui qui se prête le mieux à l’apprentissage des règles de jeu.

 À la disposition du Gardien est mis un arsenal de cartes mythos ou de traumatismes physique et mentaux qu’il peut infliger aux impudents qui osent violer son repaire. De plus, il peut faire appel à une véritable armée de serviteurs dévoués; sectateurs fanatiques, maniaques à la hache, sorcières dégénérées ou encore cadavres réanimés en zombies. Et comme si cela ne suffisait pas, des rituels païens donnent au joueur gardien le pouvoir de faire appel à des créatures de l’au-delà; comme les sournois mi-gos, les répugnants chthoniens ou encore les redoutables shoggoths. Il est a noter que sa capacité à faire usage de ces ressources est limitée par le nombre d’investigateurs. Cela donne donc lieu a des partie toujours bien balancées.

Mansions of MadnessPour le rôle des joueurs-investigateurs, on fait de nouveau appel à 8 des personnages rendus célèbres dans l’horreur à Arkham, comme par exemple l’éminent professeur Harvey Walters, la religieuse sœur Marie, le gangster Michael McGlenn ou encore l’aventurière richissime Jenny Barnes. Les excellentes figurines comprise dans les demeures de l’épouvante peuvent d’ailleurs être utilisées dans les autres jeux de l’univers Lovecraftien dont les personnages (investigateurs et monstres) qu’elles représentent sont les vedettes. Chacun des investigateurs est défini par 9 attributs qui peuvent être personnalisés de 4 façons distinctes. Ajoutez à cela 5 scénarios qui peuvent tous être joués de 3 façons différentes et il devient clair qu’on parle ici d’un haut niveau de rejouabilité.

La surface de jeu est composée de plusieurs cartons de taille variée où sont illustrées recto-verso différent types de chambres, salles ,terrains et grottes. Leur juxtaposition modulaire, dictée par le scénario en cours permet ainsi de créer un bon nombre de demeures antiques, monastères abandonnéé, laboratoire secrets et autres où l’action peut se dérouler. La taille relativement importante de la demeure une fois assemblée ainsi que le grand nombre d’éléments de jeu (cartes, figurines, jetons) nécessite une table ou un espace sur le plancher d’environ 5’x5′ pour une disposition optimale.

Comme il s’agit d’une publication de Fantasy Flight, il va sans dire que la qualité des composantes de jeu est exemplaire. Les figurines sont très détaillées et prêtes a être peinturées, les nombreuses cartes de jeux sont clairement illustrées et la confection durable des jetons de carton ainsi que des chambres modulaires leur confère une excellente longévité. De plus, les livrets des règlements et des scénarios sont clairs et regorgent d’exemples détaillés pour en faciliter le compréhension rapide.

 Mais c’est sans doute dans la qualité de son atmosphère Cthulhu-esque si bien capturée que Les Demeures de l’Épouvante brille. En y jouant, on n’en vient presque à se croire au beau milieu d’une des nombreuses histoires de Lovecraft au point où la distinction entre jeu de table et jeu de rôle devient plus ou moins académique.

Tel que mentionné précédemment, Les Demeures de l’Épouvante est un jeu certainement plus complexe qu’une partie de Monopoly. Il demande une bonne demi-heure de préparation et la session occupera la majeure partie de votre après-midi ou votre soirée. Mais ce seront là des heures de plaisir sans pareil pour les fans de jeux d’exploration et les amateurs d’histoire d’horreur…assumant bien sur qu’on ait le cœur assez solide…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s