Voici la première critique de Nathalie Terracher, notre première contributrice de la France! Elle est une passionnée de bandes dessinées mais aussi de mangas et de comics. Pour son premier article, elle vous livre ses commentaires sur 2 bandes dessinées qui sont les premiers tomes de leur série, soit « Esclaves » de la série Barracuda et « Un héro sans coeur » de la série Showman Killer.

Esclaves - Barracuda
Série : Barracuda
Tome : 1 – Esclaves
Scénario : Jean Dufaux
Dessin et couleurs : Jérémy
Edition : Dargaud

– Résumé : À l’abordage ! Un navire espagnol se fait attaqué par la Barracuda. À son bord, des personnalités éminentes, futures esclaves de grande valeur pour le capitaine du vaisseau pirate, pour les membres d’équipage, c’est la mort. Autre découverte, une carte au trésor. La cache du plus gros diamant jamais vu jusqu’à présent, appartenant aux Scuebo. La Barracuda accoste sur l’île aux pirates, au port de Puerto Blanco, avec le « butain ». La vente des esclaves commence à peine le pied mis sur terre. Dona Emilia Sanchez De Scuebo et sa fille sont séparés, les autres personnes de la suite dispersées, chacune d’elles connaît un destin tragique mais l’instinct de survie est coriace. L’aventure commence.

Excellente mise en bouche avec ce premier tome où action, aventure et intrigue sont au rendez-vous! Une histoire de pirates pas comme les autres puisque, comme le précise l’auteur en préface, l’aventure est tournée vers la terre plutôt que vers la mer comme communément. Le démarrage de l’histoire sur l’action donne le ton, un fil tendu tout au long de l’album nous tient en haleine, rien n’est laissé au hasard, tout se tient.

Mise en page époustouflante avec le dessin de Jérémy et une colorisation traditionnelle où on peut déceler la patte du maître, celle de Philippe Delaby, dessinateur et coloriste de Muréna. La mise en scène de grande qualité nous plonge dans l’histoire comme dans un bon film.

Un carnet de croquis de quelques pages introduit l’album et présente les recherches de l’un des personnages dans cette première édition.

Un très bon moment de lecture en perspective.

Un héro sans coeur - Showman Killer
Série : Showman Killer
Tome : 1 – Un héros sans cœur
Scénario : Alejandro Jodorowsky
Dessin et couleurs : Nicolas Fructus
Edition : Delcourt
Collection : Néopolis

– Résumé : Un généticien fou met au point un être doté de capacités surhumaines et aux émotions complètement annihilées pour en faire un tueur parfait. Dans un futur sombre, les maîtres de la galaxie veulent toujours plus de territoires et de pouvoirs, et convoitent ce super guerrier pour le mettre à leur service. Le généticien veut sa part du gâteau et propose les services de sa créature au plus offrant. Seulement, le surhomme se retourne contre son créateur et devient le mercenaire le plus dangereux de l’univers…

Amateurs de SF, je dirais même, de Dark Fiction, cet album est de la pure bombe de SF comme sait le faire le maître Jodorowsky. A l’instar de la Caste des Métabarons, Showman Killer jouit d’une extrême violence et d’un flot d’actions qui rythment l’album. L’histoire est admirablement mise en scène par le dessin de Nicolas Fructus qui s’est distingué sur la série Thorinth, aux éditions Humanoïdes Associés.

Ce mercenaire sans pitié a beau être détestable, il y a pourtant quelque chose d’attachant en lui ; toutes ses émotions ne sont pas complètement anéanties par la science. L’intrigue va se jouer sur sa quête de réponses. Des réminiscences d’humanité se manifestent et des rêves étranges le tourmentent, comme des souvenirs d’un lointain passé.

Jodorowsky signe là encore un scénario de science-fiction digne des plus grands films, avec des humains déshumanisés, des monstres qui montrent un peu plus d’humanité, d’une certaine manière. Au final, la psychologie et la nature humaine sont décortiquées, disséquées et font remonter ce qu’il y a de pire et de meilleur en soi.

Cet album n’est pas seulement une aventure d’action ou un space opera, mais aussi une réflexion sur l’Homme, comme souvent chez Jodorowsky. A vérifier dans le prochain tome !

2 thoughts

  1. Cette BD m’intrigue. Je vais sûrement la feuilleter la prochaine fois que je vais passer à l’Imaginaire. De toute façon, avec Jodorowsky, c’est sans aucun doute excellent.

    1. Ravie de t’avoir donner l’envie de découvrir cet album 🙂
      Si tu apprécies Jodorowsky, juste avant Showman Killer est sorti Ogregod. Peut-être l’as-tu remarqué, il est aussi très prenant et surprenant 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s