La fille invisibleTitre: La fille invisible

Nombre de tome: 1
Auteur: Émillie Villeneuve
Dessinateur:  Julie Rocheleau
Collection: Québécois
Édition: Glénat

Voilà, moi aussi je me lance dans la critique, et pour poursuivre avec le thème « Québécois », je vais vous parler d’une bande dessinée purement québécoise qui m’a tombé dans l’oeil il y a quelques jours. 

Flavie, une jeune fille au secondaire, vie des problèmes qui dépassent largement ceux des autres ado de son âge. Son poids l’obsède tellement qu’elle tombe dans la pente très glissante de l’anorexie.

La naration se divise entre la douleur d’ une jeune fille vivant dirrectement les effets de l’anorexie et les propos lucides d’un médecin qui explique la maladie à une journaliste. C’est cette naration en deux temps qui rend l’histoire à la fois intéressante et attachante, qui permet de lever le voile sur ce problème de plus en plus fréquant et d’y apporter un regard nouveau. Le franc parler du docteur fait tomber des tabous et détruit des fausses rumeurs liées à la maladie, alors que la vision de la jeune fille complèment prisonière de son corps nous fait comprendre « pourquoi » elle fait tout pour nuire à sa santé. Le tout est teinté d’une légère touche d’humour et d’un coté humain – ce que j’ai le plus adoré : les relations entre elle et sa famille, ses amis, les garçons, son docteur, etc. Le tout rend la chose réelle et plus atteignable.   

Les dessins d’un style peu communs donnent une vision plus abstraite de l’histoire qui se déroule principalement dans la tête de la jeune fille. Le bon choix des tons de couleur réussissent à bien peindre chaque ambiance de chaque scène.

La fille invisible a d’ailleurs été nominée deux fois au Joe Shuster Canadian comic book creator awards, dans les catégories dessinateur exceptionel de bande dessinée et  auteur exceptionel de bande dessinée.

Sur ce, je vous laisse, en vous conseillant fortement de la lire, car personnellement j’ai adoré cette bande dessinée, de par son originalité avec laquelle elle parle d’un sujet difficile et souvent rempli de préjugés et de fausses rumeurs.

Bonne lecture et bonne découverte 😀

Mylène

2 thoughts

  1. C’est vrai que ce rythme à deux temps joue pour beaucoup dans mon appréciation de cet album. Ce rythme permet d’atténuer le côté pédagogique des scènes avec le médecin, comme dans une danse. Je n’avais pas pensé à ça, à la lecture. C’est bien vu.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s