Alexandre Gayk-Lemay

Titre : Aria
Type : Tranche de Vie
Auteure : Kozue Amano
Edition : Kami

Contexte :

Aria a lieu sur la planète Mars, rebaptisée Aqua et recouverte d’eau et de villes flottantes pour accueillir une civilisation utopique. Aria suit le quotidien d’Akari, une jeune femme qui décide de devenir Ondine – c’est-à-dire conductrice de gondoles dans les « rues » de Néo-Venezia. 

Scénario :

Aria se déroule dans un monde sans antagonistes ni conflits. Le manga marie également la technologie au traditionalisme sans explication élaborée : c’est à prendre où à laisser. La paix et l’équilibre qui caractérisent Néo-Venizia s’étend à tous ses habitants et les évènements qui s’y produisent. Jamais rien n’est pris négativement par les habitants d’Aqua, et tout va toujours bien pour tout le monde.

Le manga progresse en faisant découvrir la ville et ses habitants à la fois aux personnages et au lectorat. Hormis les groupes et professions uniques à la planète aquatique, Aria introduit également un degré de mystère et de magie dans ses histoires. Les éléments surnaturels visent principalement à nous montrer que les personnages sont, chacun à leur manière, prêts ou non à accepter des évènements merveilleux tels qu’ils sont.

Le lecteur apprend à connaître les personnages qui sont tous uniques à leur manière assez rapidement, mais les personnages sont loin d’être bidimensionnels. Malgré le peu d’informations que l’on détient sur chacun d’entre eux, on a l’impression de comprendre leurs motivations tout en ne connaissant qu’une fraction de leur personnalité. La profondeur traduite par cette dichotomie dans la plupart des personnages d’Aria est un de ses points les plus forts.

 

Média :

Le manga d’Aria est monté dans un ordre quasi-chronologique des évènements qu’il relate, bien que l’ordre des chapitres soit plus ou moins important dans une œuvre comme celle-ci. Les dessins sont magnifiques, et intègrent une grande quantité de détails tout en restant suffisamment simples pour être sympathiques. L’auteure ajoute souvent des éléments super-déformés pour traduire les émotions des personnages, et inclut des courts bonus à chaque fin de tome. On a aussi droit à plusieurs pages de publicité à chaque fin de tome, si c’est le genre de chose qui vous intéresse.

Il est à noter que la série en deux tomes Aqua par la même auteure est en fait le prélude, s’insérant comme un flashback entre les tomes 2 et 3 d’Aria. Le format est identique, tout comme les personnages, et c’est à se demander pourquoi les séries sont séparées.

Remarque finale :

Ayant lu ce manga comme une vision d’un monde utopique dans lequel les personnages n’ont ni envie ni besoin de tout savoir pour être heureux, je ne sais pas comment Aria pourrait être amélioré. Chapeau à l’auteure, une vraie visionnaire.

En espérant que la version Animée (de plus de 3 saisons) fait justice à ce manga!

Notes:
Scénario
    Originalité :  2.5/3
    Exécution :  3/3
Média
   Graphisme : 2.5/3
   Extras :  0.5/1

Note finale :   8.5/10
 +0.5 si vous aimez les trucs mignons

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s