Gilles Tremblay

Mon nom est Gilles et je suis un passionné de Jeux de Plateaux et de Jeux de Rôles depuis un bon moment déjà.  Je trouverai toujours un peu de temps pour une bonne soirée de jeux où le rire et la bonne humeur sont de la partie!

RUNEWARS
de Fantasy Flight Games

Le Contexte et la présentation

« Runewars » est un jeu de conquêtes épique pour deux à quatre joueurs qui se déroule dans l’univers de « Runebound » qui est aussi celui de « Descent ». Il est important de noter que nul n’est besoin d’avoir ou de connaître Runebound et/ou Descent pour savoir aimer et apprécier Runewars.  Chacun des quatre joueurs prendra la tête d’un peuple parmi les Elfes, les Humains, les morts-vivants et Uthuks, chacun ayant ses propres caractéristiques, ses forces et faiblesses. En prime, il y a aussi 12 héros et 24 quêtes qui viennent encore enrichir et diversifier les parties.Ces quatre peuples s’affrontent pour étendre leur empire et s’emparer des runes draconiques ( la première personne qui contrôle six runes gagne la partie). Runewars est un gros jeu de gestion, de conquête et d’aventure dans un univers de médiéval Fantasy.

Le jeu ne comprend pas moins de 192 figurines, 36 par camp plus tous les monstres neutres dont quelques dragons, plus 200 cartes, plein de marqueurs, de montagnes en relief et des éléments modulables pour construire le plateau de jeu. La partie débute en effet par la constitution du plateau de jeu. Celle-ci ne se fait pas totalement au hasard. Les joueurs disposent de certaines pièces en fonction de leurs cartes Quête. Il va donc falloir poser ses pièces avec une arrière-pensée sur la suite de la partie.

Celle-ci dure six tours/années au maximum. Au cours de ceux-ci, il va falloir être le premier à récupérer six runes de dragons ou en avoir le plus à la fin de la partie. Chaque tour/année se divise en quatre saisons et au début de chacune, une carte de saison est tirée avec quelques effets en prime. Ensuite, chacun joue secrètement une carte d’ordre parmi les huit dont il dispose. Trois servent à déplacer ses troupes, attaquer et conquérir. D’autres permettent de récupérer des ressources, de construire de nouvelles forteresses, de recruter des troupes, etc.

Il y a encore de nombreuses autres règles qui permettent d’influencer des régions, de choisir parmi de nombreux développements, de faire des enchères pour contrôler des zones, etc. Avis aux fans de combats médiévaux fantastiques, vous retrouverez ici tout ce qui a fait le succès des jeux vidéos de même type et en plus vous pourrez jouer avec des adversaires en chair et en os sur un magnifique plateau avec des décors en 3D.

Chaque joueur dirige un peuple différent disposant de quatre types d’unités qui lui sont propres. Les elfes disposent ainsi d’archers et de pégases, les morts-vivants de hordes de cadavres réanimés accompagnés de nécromanciens. Les humains démoniaques d’Uthuk ont à leurs ordres des seigneurs du chaos auxquels leurs cousins plus traditionalistes peuvent opposer chevaliers et engins de siège.

N’allez pas croire pourtant qu’il n’y a que du combat dans ce jeu. Enfin c’est vrai que le combat y occupe une place importante, avec des batailles qui durent plusieurs rounds et qui se résolvent à coups de cartes Destinée, un peu comme dans le jeu Warrior Knights mais en mieux. Mais en amont, il faut aussi récolter des ressources, lever ses troupes,  les déplacer, étendre son influence, bâtir des fortifications, etc.   Car comme dans notre monde à nous, la vie des Terrinothois est régie par leur cycle : le printemps, c’est la saison où les troupes redeviennent active, l’été, celle où les héros partent en quête, etc…

Mais ce n’est pas le tout d’avoir d’immenses armées pour ravager le pays : un peu de subtilité ne fait pas de mal de temps en temps. Un petit coup de Diplomatie peut ainsi permettre de s’allier une faction neutre présente sur le plateau, tandis qu’une bourse qui change de main peut servir à s’assurer les services d’un célèbre héros ayant déjà fait  ses preuves dans un autre jeu.

Runewars se déroulant dans le même univers que Runebound et Descent, on en retrouvera en effet les personnages. Silouhette, Sir Valadir et Varikas le Mort effectueront cette fois des quêtes pour récupérer des trésors, y compris les très convoitées runes draconiques, pour leur employeur. Ajoutez enfin des cartes Tactique, des objectifs secrets et des règles d’exploration optionnelles et vous aurez une idée de la richesse (40 pages de règles, quand même) du dernier Fantasy Flight Games.

Notre Critique

Au point de départ, nous voulons préciser qu’après maintenant sept parties jouées nous en concluons que Runewars n’est pas un Wargame classique ni un pur jeu de conquête à la Risk.  Runewars c’est un jeu de société.  Un gros jeu de société certes, mais un jeu de société où gars et filles, nous nous sommes amusés fermes. À preuve, les plus Wargamers d’entre-nous ont perdus la partie devant des collègues féminines plus rusées.

L’abondance de matériel dans le jeu et la richesse de celui-ci propose tout plein d’options et de possibilités de victoires.  De plus, les joueurs peuvent choisir telle ou telle option de jeu pour se la jouer davantage Wargame, davantage jeu de Quête et d’exploration, etc…

Une phase que nous apprécions à chaque partie, c’est celle de la construction du plateau de jeu en début de partie.  Tout le monde travaille ensemble à créer le plateau ce qui rend le paysage du jeu unique à chaque partie et en soi c’est un plaisir continuellement renouvelé.

Le matériel du jeu est tout simplement somptueux:  c’est un plus.  Le visuel, les figurines, les tuiles et tout le reste provoque une envie irrésistible de vouloir y jouer.  Imaginez, vous crevez de faim et on vous offre un buffet somptueux où vous pourrez vous régaler tout en prenant bien soin de vous mettre l’eau à la bouche grâce à la qualité de sa présentation.

Runewars est magnifique et ce n’est pas de la poudre aux yeux.  Le plaisir est au rendez-vous et la marchandise et la mécanique de pointe sont aussi de la partie.  Runewars, ça marche et c’est Fun !  Le buffet est au Rendez-Vous et le matériel est dense.  Le livre de règles de plus de 40 pages peut faire peur.  Mais dès les premières lignes on est conquis et la prise en main est facile et conviviale.  Les exemples et les régles sont très clairs et tout fonctionne de façon fluide et harmonieuse.

De plus, là où résidait notre principal soucis: Grosse boîte = grosses règles = parties interminables = on passe la nuit debout et on n’a plus de vie le lendemain s’estompe agréablement devant la limite de temps fixé par le principe des saisons.  La partie dure six années en temps de jeu (24 tours) et on ne dépasse pas trois heures.  Une belle soirée de jeu où on peut en profiter sans à y prévoir le week-end.

Autre crainte:  L’explication ou comment ça se joue ?  Devant tout ce matériel il est avisé de croire que l’explication des règles n’en finit plus.  Fausse crainte.  Tout le monde est prêt à jouer en quinze minutes à peine et dès le deuxième tour, tout le monde est dans la partie et croyez-moi quand je dis dans la partie…  Le jeu est immersif et votre quotidien va s’en prendre pour son rhume durant la partie.

Le jeu est modulable et il y a tellement de façon de jouer, de gagner et de perdre que le facteur de rejouabilité est incroyable.  Un magnifique gros jeu!

Les +

Le matériel – la clarté des règles – l’immersion totale – les différentes stratégies – les interactions constantes entre les joueurs – la possibilité d’y jouer wargame, aventure game, stategy game, etc…  – Alliance possible avec d’autres joueurs – la durée respectable d’une partie.

Les –

Boîte lourde à transporter (bon pour les biceps) – l’abondance de matériel et le livre de règles peut faire peur – Les parties sont plus plaisantes à quatres joueurs qu’à deux seulement – le jeu n’est disponible qu’en anglais – 12 ans et plus pour en profiter pleinement.

Notre note: 9 sur 10

4 thoughts

  1. Gilles, tu penses quoi des Héros? Perso, à part te fournir la possibilité de placer une Rune de temps en temps, j’ai de la misère à les voir autrement qu’une « patch » à-côté de l’action principale militaire… Mais bon je dois avoir manqué qqch puisque je n’ai AUCUNE victoire jusqu’à maintenant! XD

    1. Bonjour Fred,

      Les premiètres parties jouées avec les héros ne donnaient pas grand chose effectivement à part comme tu dis, nous permettre d’aller chercher des Runes et la partie se terminait plus rapidement. En contre-partie, quand on rajoute les: « Exploration Tokens » règle optionnele de la fin du livre de règles, la partie prend toute une autre tournure et la combinaison Heros et Tokens peut-être dévastatrice ! Des héros qui utilisent des portals et qui viennent buter des Heros ennemis et qui repartent le tour d’après, etc…

      Cette petite règle optionnelle fait toute la différence et là il s’en passe des choses et les Heros ne sont plus que des collecteurs à Tokens. À chaque partie on les rajoute et c’est un plaisir assuré. Fun garanti !

  2. En effet, les: « Exploration Tokens » rajoutent plein de saveur au jeu et permettent aux héros aussi de se mettre en valeur par le biais de: Portal, commerce, etc… Ça peut foutre un vrai bordel sur le plateau; surtout avec les téléportations et ces gentils héros qui peuvent massacrer des unités !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s